l’ami Raymond

Pour Jacques Castel, prêtre, qui aimait « les petites histoires du Vent » et a rejoint son Seigneur, le 30 mars dernier

Les fêtes étaient passées et je n’avais pas décroché le téléphone pour les saluer, à l’occasion de la nouvelle année. Eux, c’était Bernadette et Raymond, 184 ans à deux. Ils habitaient tout près, mais on se voyait peu. Ce qui nous avait rapproché, c’est un ami prêtre qui était comme un fils pour eux.

L’envie m’est venue de leur faire un gâteau ; précisément celui que j’avais fait pour l’anniversaire de cet ami, et de leur proposer de l’apporter, et de se voir ainsi. Rien de bien extraordinaire, me direz-vous, sauf que le gâteau en question, c’était une charlotte à la framboise, plutôt goûtue. Le lundi, je les ai appelés, et j’ai proposé à Bernadette de se voir le lendemain, le mardi, le 7 janvier, chez eux pour le café. Bernadette entre temps a invité Adélaïde qui ne savait pas trop de quoi il s’agissait. Alors, quand elle nous a annoncé que nous étions le jour de la Saint Raymond, c’était la surprise, et la joie s’est annoncée. C’était la fête de Raymond, et Bernadette semblait avoir un peu zappé. Je n’y avais pas non plus prêté attention, en lisant les « textes du jour » le matin même.

C’est alors que j’ai réalisé que ce n’était pas par « hasard » que nous étions là, autour du café. Le Seigneur pouvait compter sur nous pour œuvrer dans Son désir de faire que Raymond soit fêté. Avec Adélaïde, nous l’avons convaincu que le Seigneur avait voulu lui montrer toute son attention, qu’Il avait mobilisé ses amies pour lui, pour que sa joie soit parfaite.

aperçu du ciel

Et voilà ce que je veux vous partager : je vois alors Raymond, 94 ans, se rassembler sur lui-même, comme un petit enfant qui veut protéger son trésor. Son émotion était visible, la joie était là et cette conviction intime a grandi : c’était pour lui, le Très Haut avait voulu le combler, et il était aimé de Lui ! Une vraie fête de Raymond !

C’est un des prismes du mystère de « l’eau vive » qui se trouve en Jean 4, où Jésus rencontre la Samaritaine. Frayer dans Sa volonté pour être là, dans Son désir et Lui permettre d’être présent et de nous toucher ! Joie de « l’eau vive » pour Ses petits enfants !

Aude Chapat, le 7 janvier 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s