Les petits cadeaux au pied du sapin

Ne pas oublier de les ouvrir !

Lors de ma rencontre avec cette responsable de radio chrétienne, l’histoire des cadeaux au pied du sapin, que le Seigneur avait déposés pour nous, Ses enfants, est venu illustrer mes propos .

Voilà, c’était à Gagnières(1), il y a un peu plus de 10 ans, lors d’une soirée de prière, j’ai eu la vision alors que je priais en binôme pour une jeune femme, que le Seigneur déposait des cadeaux au pied du sapin pour que nous les ouvrions. Cette référence un peu païenne, m’avait surprise et avait été, jusque-là, peu propice à un témoignage, sauf que le Seigneur ne donne pas impunément.

J’avais donc eu, ce jour-là, un long entretien avec cette journaliste catholique, sur différents sujets : évangélisation, témoignages, réforme de l’église et présence des femmes. Je rentrais cependant à la maison avec un vol de mouches noires, dans la tête. J’étais accoutumée à ces combats spirituels. Le bilan de la rencontre s’affichait en remarques négatives qui me bombardaient. Je pouvais bien sûr m’arrêter, prier et remettre au Seigneur ce qui me bousculait, mais une autre invitation s’est présentée et je me suis sentie poussée à m’arrêter dans un de ces magasins, où se trouvent toutes sortes d’objets discountés. Je l’avais déjà fréquenté pour trouver des objets utiles aux apprentissages de ma fille Léa et de ses petits de maternelle.

Depuis quelque temps, et c’était récent, lors de mes promenades à vélo, j’étais horrifiée de découvrir sur les bas côtés des routes, les détritus déposés par les hommes, bouteilles et cannettes, comme si la terre s’était transformée en une poubelle. En plus de la détestation visuelle, je m’imaginais ces détritus arriver, au cours des orages, dans les ruisseaux, les fleuves et enfin dans la mer pour nourrir les poissons que nous allions manger et donner à manger à nos enfants ! A vélo, cela me donnait des idées un peu noires que cette « terre que le Seigneur nous a donnée en partage avec la faune et la Flore,(2 )» soit ainsi souillée par ces sauvages modernes et leurs bolides irresponsables. Et j’avais déjà eu l’occasion de m’arrêter, munie de gants et de sacs poubelles pour récolter ces choses à terre. Plaisir de réparer cette nature que le Seigneur nous a confiée.

L’idée « exutoire » m’est venue alors d’exploiter ces objets délaissés, en les exposant au bout d’un petit bâton, en un bouquets de détritus, en lieu et place de nos fleurs sauvages, sorte de musée des horreurs à ciel ouvert, avec un message subliminal aux pollueurs.

Et dans l’autorisation que je me donnais, au retour de ma réunion, d’aller faire du shopping, je découvrais dans le magasin, oh surprise, ces fines tiges de bambou dont j’avais rêvées 2 ou 3 semaines auparavant. Oh! Quel cadeau ! Aussi des sorties à vélo ont-elles pu être émaillées d’arrêts pittoresques, pour créer sur le bord des routes, des bouquets de bouteilles plastiques, gobelets et canettes, en tous genres.

Mais un deuxième cadeau m’attendait comme une sorte de récompense et peut être pour confirmer l’importance que le Seigneur avait accordé à cet entretien – ou peut être la joie qu’il en avait ressentie. Je remarquais des paquets de sets de carton ondulé, de jolies couleurs, rouges et bleues. Ils étaient prévus pour les découpages des enfants, et je pensais à Léa et à ses petits écoliers, mais en arrivant à la maison, je constatais que ces cartons étaient juste de la taille de mon livre. J’allais pouvoir le présenter de façon raffinée ; joie de mettre en valeur, mon précieux ouvrage ! C’était sans compter que 2 jours auparavant, j’avais capté à la radio, qu’utiliser du carton ondulé en lieu et place des plastiques à bulles, était écolo-responsable ! Le teasing était récent et m’avait comblée : être ainsi en concordance avec le projet du Bon Dieu, « pour que votre joie soit parfaite ! »

Et enfin un tout dernier petit plaisir : la rencontre d’un frère de l’église. Il me conta son escapade en vélo à travers l’Europe, pendant 2 mois.

Quand je suis rentrée à la maison, tous ces « hasards » m’avaient remonté le moral. Bien sûr, ce n’est pas de la haute théologie, mais ces fruits d’intimité sont tellement bon à déguster et à partager ! Le Seigneur agit à tous les niveaux, y compris dans le petit quotidien. Il connaît nos failles, nous connaît et sait comment nous soutenir et nous encourager. Il réserve à Ses enfants, de vrais cadeaux de Noël !

(1) Le Centre chrétien de Gagnières se trouve dans le Gard. (2) extrait d’un texte reçu, il y a quelques temps

3 commentaires sur “Les petits cadeaux au pied du sapin

Répondre à Agnès PERROT Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s