le petit papillon

Dans les replis de nos souffrances, le Seigneur se fait présence

Brigitte avait perdu sa première petite fille à la naissance et elle qui n’avait mis au monde que des garçons, s’était sentie dévastée par cette double peine. Un lien très fort l’a unie à ce petit ange qui s’est installé dans sa vie. Le temps de la oindre pour tout baptême, elle l’avait confiée au Ciel, à ce Seigneur qu’elle aimait et qui l’avait aidé à traverser tant d’épreuves de sa vie. Elle l’appelait dans ses échanges intimes, « mon petit papillon ».

C’est près de Nantes, dans un monastère que se déroule l’expérience qu’elle m’a partagée. Son mari venait de terminer l’entretien informatique du site, la voiture s’apprêtait à partir, lorsque le frère hôtelier les rejoignit en courant, son scapulaire (1) se soulevant au gré du vent : l’écran du frère bibliothécaire était noir !

Le départ est reporté. Le frère hôtelier invite alors Brigitte à une promenade qui conduit à un petit sanctuaire de Lourdes, au fond du jardin. Voilà Brigitte laissée seule à ses pensées. Elle s’avance dans cette douce nature jusqu’à un champ qui clôture le monastère. Mais point de petit sanctuaire. Un banc lui tend les bras. Elle s’assied là, dans ce doux soleil, et songe à son petit ange : « aide-moi à trouver notre maman du Ciel! » comme un cri du cœur.

C’est alors qu’un petit papillon virevolte autour d’elle. Il se pose sur le bout de sa chaussure. Il est noir, avec des points rouges aux extrémités des ailes. Brigitte le voit alors s’envoler. Elle le suit du regard. Il va s’éloigner vers l’arrière, après avoir décrit une jolie boucle. Elle le perd de vue. Elle se décide à le suivre ; une rotonde de ronce se fait visible. Un étroit chemin le contourne et semble encore ouvert. Elle s’y glisse et au détour, aperçoit son petit papillon. Il est juste posé sur la tête de la vierge, celle de Lourde, blanche avec sa large ceinture bleue. Alors, elle s’est mise à genou : l’émotion l’a saisie et les larmes sont venues ! Juste se sentir touchée, aimée !

Il n’est pas facile de partager ces moments privilégiés. Brigitte vit sa foi comme un élan qui se donne et dans son engagement pour accompagner les familles lors de funérailles de proches, l’écoute et le témoignage prennent toutes leurs places comme pour porter la Bonne Nouvelle à ceux qui traversent le chagrin de la séparation.


(1) Le scapulaire est une longue bande de tissus qui recouvre l’aube par devant et par derrière. Il est maintenu par une ceinture de cuire