Devant la Tunique d’ Argenteuil

La tradition des bannières était très forte dans l’église catholique, principalement pour la vénération des saints, lors des pèlerinages. La bannière dont je vais vous parler, a été inspirée lors de la vénération de la Tunique d’Argenteuil, le jour de l’annonciation de l’année 2016.

La journée s’annonçait très belle. Je devais revoir mon amie Béatrice qui venait d’Orléans. C’est elle qui m’avait proposé ce déplacement pour aller vénérer la Tunique d’Argenteuil. Une ostension était prévue pour une dizaine de jours seulement. Elle fera le buzz au grand ravissement de certains responsables de l’Église.

Alors que je l’attendais encore, je me glissais dans la file d’attente avec le copain d’une amie. Devant la Tunique, je suis restée un long moment, mystérieusement, en contemplation, sans être dérangée. En ce jour de l’annonciation, en cette fin de matinée, peu de monde se bousculait ; les temps de prières collectives, étant prévus pour la fin de l’après midi.

Quand Béatrice se présenta, nous avons effectué ensemble deux passages, et le même phénomène s’est reproduit ; l’une à côté de l’autre, nous sommes restées immobiles, à quelques mètres seulement de la Tunique, et personne pour nous bousculer, alors que la foule défilait à un rythme soutenu, stimulée par les bénévoles de la basilique.

J’ai eu une première vision où je me voyais danser pour le Seigneur, revêtue de la tunique, dans une très belle gestuelle, Elle s’est terminée dans ses bras, pleurant pour la France.

Il y a eu ensuite, cette 2ème vision  : une personne portant un drapeau et ayant aussi revêtu la tunique, s’éloignait rapidement. Elle portait le drapeau comme dans le tableau de Delacroix « la liberté ». Et sur ce drapeau blanc, figuraient la tunique et la couronne d’épine.

Est arrivée rapidement ensuite la dernière vision. Je voyais une carte de France, côté ouest, sur laquelle la pointe de la hampe de la bannière, venait frapper d’abord la Bretagne. Puis la pointe a touché le sud-ouest, vint le sud-est, puis le Centre, et enfin l’Est, et la Région Parisienne, en dernier. Alors, là où la pointe avait frappé, des foules se sont levées : des clameurs se sont élevées, des clameurs de Gloire ! C’était la fin de la vision.

Quelles que temps après, avec l’aide de mon amie Madeleine, sur de la belle soie épaisse, la bannière est apparue, fidèle à la vision. Elle a reçu la bénédiction de plusieurs prêtres. Je l’ai emmenée sur des hauts lieux comme sur l’esplanade du Mont St Michel, sur les remparts de Caen mais aussi dans divers rassemblements chrétiens à Nantes, Orléans et ici en Normandie, pour finalement participer au temps fort, de la rencontre internationale des « watchmen for the nations » pendant l’été 2019.

Un autre action intéressante s’est déroulée 10 jours avant l’incendie de Notre Dame. Poussée à participer à un pèlerinage à Notre Dame de Paris, organisé par l’église Saint Louis d’Antin, j’avais emmené ma bannière. Au moment où je passais devant la couronne, j’ai posé furtivement la couronne de ma bannière sur la vraie Couronne d’Épines.

Cette bannière n’est pas un objet décoratif et neutre. Elle va permettre des gestes symboliques comme celui de passer dessous, en signe d’adhésion au christ, ce qui s’est fait à Orléans, à rendre perceptible, la présence du Christ, comme au rassemblement d’Ambilly, où la bannière allait ouvrir à une belle vision. C’était donc à une prophétie du réveil que le Seigneur m’avait emmenée devant sa Tunique ; mais sans date de réalisation, ni de délais. A LA GRÂCE DE DIEU !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s