Les secrets du Roi

Mon amie Nicole avec qui j’avais été en Terre Sainte, à deux reprises, m’avait confié que « le secret du Roi » ne devait pas être révélé. Le terme était abscons, son sens un peu vague et mystérieux. À la sortie de mes premiers écrits, nous avions eu un échange houleux : il m’a semblé qu’il devait y avoir quelques secrets révélés…

C’est ce sujet que j’évoquais avec Léonie, dans la voiture qui nous emmenait vers le monastère où nous devions assister à la messe, un dimanche de février (1). Le vent soufflait encore violemment sur les vastes espaces de terres sans culture, mais la tempête s’éloignait. Léonie n’avait pas de réponse biblique en tête, sur l’origine de cet interdit.

La messe était célébrée avec un profond sens du sacré, entre latin et grégorien, sans effet traditionnel. Elle était introduite par un mot d’accueil du père abbé, mot plein de douceur et de bonté. L’assemblée se trouvait plongée dans un silence, un peu mystérieux, dans un rituel lent et plein de beauté.

Il était prévu que je me rende à la librairie, après la célébration pour observer ce qui se passait autour de mon premier livre de témoignages, alors en dépôt (2). Sur une soudaine inspiration, je questionnais le frère libraire, sur cette expression.
Et il avait la réponse. Il me parla de l’ancien testament, prit une Bible et en quelques pages, m’indiqua la citation, dans le livre de Tobit :

Alors Raphaël les prit tous les deux à part et leur dit :
« Bénissez Dieu et célébrez-le devant tous les vivants
pour ce qu’il a fait pour vous !
Il est bon de bénir et de chanter son Nom.
Faites connaître à tous les hommes les actions de Dieu
comme elles le méritent.
Ne soyez pas lents à le célébrer.
Il est bon de tenir caché le secret du Roi,
mais les œuvres de Dieu, il faut les célébrer et les révéler.
Célébrez-les comme elles le méritent.(3)


Cette réponse m’émerveilla. Se savoir dans le projet de célébrer les œuvres de Dieu, même si, et d’autant plus qu’elles se situaient dans la vie quotidienne de nos jours bien ordinaires ! Cela me procurait un sentiment de soulagement et de jubilation. Le couvercle était levé. Je n’étais pas en dehors des clous. Il y avait bien à témoigner de ces choses merveilleuses que le Seigneur déposait discrètement dans nos vies. Le témoignage permettait d’initier à sa présence, de se laisser réjouir et partager Sa joie, apprendre à le sentir, apprendre à bouger avec Lui. Et ce qui m’est apparu et dont j’ai eu la conviction, c’est qu’Il se trouvait dans le mouvement (4) !

Pour me conforter, le Seigneur m’a donné cet exemple : Jésus est le chemin, la vérité et la vie (5) ! Il est la porte. Et avez-vous déjà vu quelqu’un prendre la porte, installé tranquillement dans son fauteuil (6) ? Image éloquente, voire provocante !

Le secret du Roi, ce que j’en comprends, vise à notre édification. J’ai longtemps gardé pour moi la prière du Précieux Sang qu’Il m’avait enseigné, ma prière quotidienne. Je l’évoque maintenant parce que d’autres formes se partagent. C’était mon secret et je ne me sentais pas l’autorisation de le partager.

Le témoignage est au cœur de mon engagement aujourd’hui, comme si je Lui remettais ce qu’Il m’avait donné et dans ce mouvement avec Lui, j’avance vers ce que je ressens comme « l’eau vive »(7) ! Et je vous invite à vous y essayer !

Je veux remercier ici les personnes qui ont partagé leur secret, leur cadeau du Seigneur et qui apparaissent sous un pseudonyme et particulièrement les personnes non croyantes. Oui la plupart des témoignages formidables dans « les petites histoires du Vent » sont issus d’expériences de personnes qui n’ont pas encore rencontré Dieu ! Eh oui ! Incroyablement, le Seigneur leur est présent ! Le Royaume est vraiment ici et maintenant !

(1) À l’abbaye de Notre Dame du Bec Hellouin (2) « Les petites histoires du Vent » de Aude Chapat aux Éditions Amalthée (3) en Tobit 12,6-7 (4) j’en ai eu la confirmation par les enseignements sur la Divine Volonté de Dominique Duten, prêtre (5) Jean 14,6 (6) en dehors bien évidemment des personnes handicapées qui sont en fauteuil roulant (7)  » L’eau vive » que Jésus évoque au puits de Jacob, à la Samaritaine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s